+ les Programmes

Programme Navire Décarboné

Les océans (71% de la surface terrestre) et leurs écosystèmes sont essentiels pour l’humanité. Régulateurs thermiques de notre planète dont ils conditionnent le climat, ils présentent une biodiversité extraordinaire (entre 500 000 et 1 million d’espèces dans le milieu marin). C’est aussi un milieu fragile, exposé à de nombreux risques environnementaux. Dans ce contexte, la Fondation Océan Vital lance l'armement d'un navire "propre", support d'un programme d’études océanographiques qui permettra notamment d'étudier les conséquences des pollutions sur l’environnement marin...

LES ENJEUX

Étudier les conséquences des pollutions sur les océans vitaux !

Assurance vie des générations actuelles et futures, les océans sont exposés à des dégradations ponctuelles ou permanentes, plus discrètes mais insidieuses, à la pollution directe (déchets, marées noires) ou indirecte (impact environnemental des navires, émissions de gaz à effet de serre)... Dans le cadre du Grenelle de la Mer, professionnels, institutionnels et scientifiques ont travaillé à la nécessité de gérer durablement l'environnement marin et ses ressources (cf. et du Livre Bleu sur la politique maritime de la France).

De la pollution des océans à la formation de "continents-poubelles" !

Un gyre est un gigantesque tourbillon formé par un ensemble de courants marins, et aspirant tous débris et détritus flottants qui ne s'en échappent plus jamais. On compte 5 gyres principaux à travers les océans du monde, formant de véritables continents de déchets stagnants, en bancs pouvant atteindre 30 mètres de profondeur :
> dans l'Atlantique Nord, à 1000 km à l'Est des Côtes américaines : une méga poubelle flottante de 700 Km de diamètre, aussi large que la France ;
> dans le Pacifique Nord Est, entre la Californie et Hawaï : une décharge marine encore plus vaste ;
> dans l'Atlantique Sud, le Pacifique sud et l'océan Indien : des quantités probablement comparables de déchets...

La faune marine, victime des matériaux plastiques

Jusqu‟à récemment, les débris de nature organique subissaient une biodégradation en mer. Désormais, les activités humaines y amènent des débris non biodégradables. Les matériaux plastiques (80% des déchets flottant sur les océans) y sont photodégradés en pièces, puis en particules de plus en plus petites, nocives au milieu marin. Leurs molécules individuelles sont très lentement métabolisées par les êtres vivants. Toutes les espèces marines sont, par le biais de la chaîne alimentaire, directement affectées et menacées. À l'échelle planétaire, environ 1 million d'oiseaux et 100 000 mammifères marins meurent chaque année de l'ingestion de plastiques (Source Greenpeace).

L’impact environnemental des navires

Qu'il soit à vocation marchande, de plaisance, militaire, ou océanographique, tout navire impacte l’environnement, depuis sa construction jusqu’à son démantèlement et à fortiori durant son exploitation : production de déchets, émissions liquides ou gazeuses (en particulier l‟échappement des moteurs), consommation d‟énergie, ... autant de nuisances préjudiciables à l‟environnement marin. Il convient donc d‟identifier et de mettre en oeuvre des solutions pérennes afin que les services rendus par les océans soient reconnus et ne se dégradent pas...

Réflexions sur l'acidification des océans et leurs ressources

Chaque jour, les océans absorbent plus de 25 millions de tonnes de gaz carbonique, d'où une augmentation de leur acidité et des modifications de l‟écosystème marin. "La pollution due à l’homme provoque une acidification si rapide des océans que les prochaines décennies verront s’installer un environnement marin jamais observé sur la Terre depuis l’époque des dinosaures" avertissent aujourd‟hui les scientifiques " (David Adam, The Guardian).

"Pour la science moderne, la mer est la source même de la vie sur terre. Elle constitue le "liquide amniotique" d’où jaillit toute forme de vie. Tout au long de l’histoire, l’océan a été vital pour la civilisation humaine, lui offrant source de richesse, moyen d’accéder à d’autres terres, à d’autres peuples, remède à la surpopulation. Plus de 90 % des ressources vivantes et non vivantes de la planète se trouvent dans un rayon de quelques centaines de km du littoral. C’est aussi le long ou à proximité des côtes que vivent les 2/3 de la population mondiale. Sans la mer, la vie sur Terre serait impossible . Le globe ne serait qu’un désert aride, à l’image de la planète Mars sur laquelle - paradoxalement - nous en savons sans doute davantage que sur l’Océan." (Message du Directeur Général de l‟UNESCO, Federico Mayor 1998).

LES RECHERCHES

Des missions océanographiques à bord d'un navire décarboné

La Fondation Océan Vital a porté un projet collaboratif de navire décarboné, modulaire, autorisant de multiples applications : expéditions scientifiques, océanographiques, transport de marchandises, missions humanitaires ...

> Sa modularité autorisant des applications multiples, le Navire Décarboné Océan Vital (NDOV) assurera ainsi des missions océanographiques, d'information et de sensibilisation .
> Pour le compte de la Fondation Océan Vital et de ses partenaires scientifiques, le NDOV collectera toutes sortes de données sur les processus biologiques, chimiques, physiques, géologiques et hydrodynamiques affectant les océans.
> Véritable  laboratoire flottant , il assurera notamment l‟étude du Vortex du Pacifique et du Gyre Atlantique ou encore celle de l’acidification des océans, ...
> Afin de valoriser les programmes de recherche de la Fondation Océan Vital et de ses partenaires, le NDOV sera doté d‟un outil multimédia high tech pour la réalisation de documents vidéo et photographiques à l‟attention des médias et des différents publics.

Les Partenaires
  • Région des Pays de la Loire
  • Pôle de compétitivité EMC2
  • STX
  • DCNS

> Lien vers l'application NDOV